L’énigme du retour.

 » Un homme retourne sur les lieux de sa naissance pour enterrer son père. Le pays qu’il découvre n’est pas celui de ses souvenirs.  »

Ce qui m’a séduit dans ce livre :

  1. c’est réellement la plume de l’auteur.
  2. Sa délicate  manière de décrire le  contraste entre le Montréal,  glacial, qui fut la terre d’exil du personnage, et cet Haïti, terre de son enfance, qui semble avoir à la fois tant changé et qui pourtant est resté une terre de misère.
  3. Un livre remplit de nostalgie.

" Sous mes paupières ces images brûlées par le soleil de l'enfance. Le temps file à une si folle vitesse qu'elle fait de ma vie un magma de couleurs. C'est ainsi que passe la nuit polaire. "

Publicités

Ophélie

Je reste sur ma lancée pré-raphaélite. L’un des personnages qui revient très souvent est Ophélie.

  • Tout d’abord, voici Ophélie dans la littérature :

             Arthur Rimbaud /Ophélie   

I

Sur l’onde calme et noire où dorment les étoiles
La blanche Ophélia flotte comme un grand lys,
Flotte très lentement, couchée en ses longs voiles…
– On entend dans les bois lointains des hallalis.

Voici plus de mille ans que la triste Ophélie
Passe, fantôme blanc, sur le long fleuve noir
Voici plus de mille ans que sa douce folie
Murmure sa romance à la brise du soir

Le vent baise ses seins et déploie en corolle
Ses grands voiles bercés mollement par les eaux ;
Les saules frissonnants pleurent sur son épaule,
Sur son grand front rêveur s’inclinent les roseaux.

Les nénuphars froissés soupirent autour d’elle ;
Elle éveille parfois, dans un aune qui dort,
Quelque nid, d’où s’échappe un petit frisson d’aile :
– Un chant mystérieux tombe des astres d’or

II

O pâle Ophélia ! belle comme la neige !
Oui tu mourus, enfant, par un fleuve emporté !
C’est que les vents tombant des grand monts de Norwège
T’avaient parlé tout bas de l’âpre liberté ;

C’est qu’un souffle, tordant ta grande chevelure,
À ton esprit rêveur portait d’étranges bruits,
Que ton coeur écoutait le chant de la Nature
Dans les plaintes de l’arbre et les soupirs des nuits ;

C’est que la voix des mers folles, immense râle,
Brisait ton sein d’enfant, trop humain et trop doux ;
C’est qu’un matin d’avril, un beau cavalier pâle,
Un pauvre fou, s’assit muet à tes genoux !

Ciel ! Amour ! Liberté ! Quel rêve, ô pauvre Folle !
Tu te fondais à lui comme une neige au feu :
Tes grandes visions étranglaient ta parole
– Et l’Infini terrible éffara ton oeil bleu !

III

– Et le Poète dit qu’aux rayons des étoiles
Tu viens chercher, la nuit, les fleurs que tu cueillis ;
Et qu’il a vu sur l’eau, couchée en ses longs voiles,
La blanche Ophélia flotter, comme un grand lys.

 

 

Jules Laforgue / Dimanches


Le ciel pleut sans but, sans que rien l'émeuve,
Il pleut, il pleut, bergère ! sur le fleuve...

Le fleuve a son repos dominical ;
Pas un chaland, en amont, en aval.

Les Vêpres carillonnent sur la ville,
Les berges sont désertes, sans idylles.

Passe un pensionnat (ô pauvres chairs ! )
Plusieurs ont déjà leurs manchons d'hiver

Une qui n'a ni manchon, ni fourrures
Fait, tout en gris, une pauvre figure.

Et la voilà qui s'échappe des rangs,
Et court ! Ô mon Dieu, qu'est-ce qu'il lui prend

Et elle va se jeter dans le fleuve.
Pas un batelier, pas un chien Terr' Neuve.

Le crépuscule vient; le petit port
Allume ses feux. (Ah ! connu, l'décor ! )

La pluie continue à mouiller le fleuve,
Le ciel pleut sans but, sans que rien l'émeuve.

Jules Laforgue



QUelques peintures :

Les Nymphes trouvant la tête d'Ophélie.



Un extrait de l'opéra d'Hamlet : 

Les Livres de Malice

Un blog vraiment très intéressant pour ceux qui aiment la lecture.

Des livres de tous les âges ce qui peut aider lorsqu’on ne connait pas les goûts des enfants.

Un nombre  incroyable de livres, aussi bien des classiques que des livres récents.

   http://livresdemalice.blogspot.com/

Haruki Murakami

Le Sommeil

" Mon corps voulait dormir, ma conscience voulait rester éveillée. "

  •  L’histoire d’une jeune femme de 30 mariée et mère d’un petit garçon.
  • Une jeune femme qui ne dort plus. Cette perte de sommeil lui laisse le temps d’une introspection.
  • Murakami nous entraîne dans l’irréel.
  • Ce livre est étoffé par des illustrations magnifiques, d’un bleu nuit.

Mon avis sur ce livre reste toutefois mitigé…..

Le Voyage dans le passé

Pour tout ceux qui ont le courage de lire des auteurs allemands dans leur version originale,  ne passez pas à côté de ce livre de Stefan Zweig.  Et si vous ne comprenez pas l’allemand, ne passez pas  non plus à côté de sa version traduite.

Ce livre raconte l’histoire d’une passion impossible dû à des différences sociales entre les deux protagonistes.

die Reise in die Vergangenheit

Les belles images

" Qu'est-ce que c'est, une ruine ? Ce n'est ni le présent, ni le passé, et ce n'est pas non plus l'éternité : un jour sans doute elle disparaîtrait."

Un livre  touchant. Ma subjectivité est totalement assumée puisque je suis une admiratrice  inconditionnelle de Simone de Beauvoir.

Au fil du roman, certains passages, sont de toute beauté. avec toujours en sous-jacent quelques réflexions.

Le bonheur est-il de construire en apparence une vie faite de « belles images » ?

Le personnage s’interroge, et nous également.

Corps volatiles

"Elle était pire que tout. Elle était le modèle d’origine, elle était le plus petit dénominateur commun entre toutes mes attirances. Il fallait immédiatement cesser de la regarder "

   Un article pour ce livre pas si bien connu

peut-être (et à juste titre d’ailleurs). J’en reste

en effet un peu sceptique. Un livre de névrosé ?

Il faut souligner tout de même que

l’atmosphère  lourde, humide, assez intense,

 donne à ce livre une certaine couleur,

une ambiance particulière, assez réussie.

Au delà de ça, la plume de l’auteur ainsi que

l’histoire  qu’elle nous raconte ne m’ont pas

emballé. Mais ce livre à un potentiel et plaira

à qques lecteurs  : j’en suis certaine !

Norwegian Wood / La Ballade de l’Impossible

Pas très original de commencer par celui-ci puisque le nom de ce blog lui doit tout. Vous ne verrez ici aucune critique littéraire, je ne suis pas assez douée pour ça.  Par contre je conseille vivement ce livre :

  1. Aux nostalgiques, mélancoliques, sensibles au spleen.
  2. Aux amoureux du Japon.
  3. Si vous avez le coeur bien accroché (l’un des thèmes étant le suicide, autant être averti ).
  4. Si vous voulez avoir une idée de ce que donne en littérature,  l’union réussie de l’érotisme et l’innocence.

Bonne Lecture !

déjà conquise, rien que par le titre. Se lit d'une traite.